AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES :

J'ajoute ma voix aux milliers de familles syriennes qui réclament la liberté et la justice pour leurs proches qui ont été détenus et ont disparu de force par le régime et les groupes armés syriens. Nous exigeons que vous utilisiez immédiatement votre pouvoir et votre influence pour libérer tous les Syriens détenus et disparus qui sont encore en vie. Nous exigeons la localisation des lieux de sépulture de ceux qui ont été exécutés ou torturés à mort. Nous exigeons que justice soit faite pour les détenus et les disparus et nous voulons que ceux qui les ont tués soient tenus de rendre des comptes.

Loading…

But: 10,000

Soutenez les familles pour la liberté

Signer

Nous sommes les familles pour la liberté

un mouvement mené par des femmes. Nous sommes pacifiques. Nous sommes déterminés. Joignez-vous à nous.

Nous sommes des familles syriennes qui demandent la liberté pour tous les enfants du pays.

Des centaines de milliers de syriens sont détenus ou portés disparus, la majorité d’entre eux aux mains du régime. Ils sont nos fils et nos filles, nos frères et nos sœurs, nos époux et nos épouses, ils sont tous pacifiques.

Nous nous positionnons contre la disparition forcée et la détention arbitraire perpétrées par le régime syrien ainsi que par toutes les parties du conflit. Nous souhaitons mobiliser le public afin de contraindre tous les acteurs du conflit à se plier à nos revendications

Notre mouvement ne prendra fin que lorsque le dernier des syriens sera retrouvé et libéré. Nous continuerons à étendre notre mouvement jusqu’à inclure chacune des familles syriennes comptant un membre détenu ou disparu, quelque soit son appartenance religieuse, opinion politique ou origine ethnique.

Nous avons été intimidés et sommés de ne pas nous exprimer. Mais, nous ne garderons pas le silence. Nous crions face à ce monde injuste nos revendications, réclamant le retour de nos bien-aimés.

Nos Histoires

Les revendications des familles pour la liberté

Nous faisons ces revendications au nom de chaque famille syrienne dans laquelle se trouve un membre détenu ou disparu.

Nous, les familles, exigeons la libération immédiate de nos proches qui ont été emprisonnés de manière illégale. Nous appelons le régime syrien ainsi que les parties armées du conflit et tous ceux qui pourraient les influencer

  1. à publier immédiatement une liste de noms de tous les détenus, incluant le lieu et le statut de leur détention, et à arrêter immédiatement la torture et la maltraitance. En cas de décès d’un détenu, un certificat de décès ainsi qu’un rapport décrivant les causes de la mort et l’emplacement du corps du défunt devront être communiqués aux familles.
  2. Nous souhaitons faire pression sur le gouvernement syrien afin qu’il autorise les organisations humanitaires internationales à délivrer des aides alimentaires et médicales, afin qu’il autorise aussi l’accès des organisations internationales des droits humains aux centres de détention pour évaluer et garantir des conditions de détention conformes aux normes du droit international.
  3. Nous réclamons l’abolition des tribunaux d’exception, notamment la cour martiale et le tribunal antiterroriste. Nous exigeons la garantie de procès justes tenus sous la supervision des Nations Unies.

Comment allons-nous libérer nos proches?

Retrouver et libérer nos bien aimés ainsi que tous les détenus et disparus syriens constituera une bataille de toute une vie. Ensemble, nous allons :

  1. Rassembler des milliers de familles syriennes à travers le pays, provenant de tout le spectre politique afin de nous mobiliser au niveau local et international pour la libération des détenus
  2. - Nous rendre à toutes les négociations de paix afin de rappeler à tous les partis armés qu’il ne peut y avoir de paix sans la libération/la liberté de nos proches/bien aimés
  3. Rencontrer qui que ce soit et faire pression partout dans le monde sur quiconque ayant la capacité d’aider à libérer les détenus et disparus syriens.

Nous ne sommes ni des politiques, ni des combattants. Nous ne recevons pas d’invitations officielles à des banquets ou à des hôtels onéreux afin de négocier du sort futur de notre cher pays. Mais nous y serons présents. Nous nous y rendrons, armés de notre amour pour les membres de nos familles qui nous ont été arrachés. Nous nous y rendrons, inspirés par les nombreuses et courageuses femmes qui nous ont précédées, telles que les « Mères de la place de Mai en Argentine », les « Femmes en noir » en Bosnie, les familles des disparus en Algérie et au Liban.

Munis de votre solidarité, nous y serons/nous nous y rendrons.

Six informations clés à propos de la détention en Syrie

  1. A travers la Syrie, plus de 100 000 syriens ont été détenus de manière arbitraire ou ont disparu de manière forcée. Le chiffre réel pourrait être le double ou le triple de celui-ci –mais il est impossible d’obtenir un chiffre exact. De nombreuses familles n’ont pas enregistré leurs proches auprès des organisations des droits humains en charge de cette documentation. Nous ne sommes pas les seuls à attendre que nos proches rentrent à la maison. Il y a d’innombrables syriens et syriennes qui sont dans la même situation que nous.
  2. La grande majorité de ces personnes sont détenues par le régime syrien, cependant les groupes armés de l’opposition et les groupes extrémistes tels que DAESH sont aussi coupables de détention et de disparition..
  3. La plupart des syriens détenus sont des individus non-violents qui n’ont jamais tenu une arme entre leurs mains. La majorité d’entre eux ont été arrêtés pour avoir manifesté de manière pacifique ou pour avoir délivré une aide médicale en tant que médecins ou pour avoir délivré une aide humanitaire. D’autres ont été arrêtés en raison de rumeurs dépourvues de tout fondement ou simplement en raison de leur origine d’une région syrienne connue pour être opposée au régime syrien. Très souvent cependant, ces personnes sont arrêtées et détenues sans aucune raison. Ces actes de détention arbitraire et de disparition forcée commis sans aucune distinction ont bâti un empire de la peur/de la terreur.
  4. Des dizaines de milliers d’enfants ont été détenus en Syrie, certains l’ont été seuls et d’autres avec leurs mères. Des femmes enceintes dont les bébés survivent à la naissance passent des années enfermées dans les prisons avec leurs enfants. Certains de ces enfants n’ont jamais vu la couleur du ciel, n’ont jamais vu un oiseau ou une image. Des enfants sont morts sous la torture. .
  5. Les détenus font face à la maltraitance, à la torture, à la famine, à des conditions de vie extrêmement difficiles. Ils sont entassés dans de petites cellules, certains sont forcés à vivre seuls pendant des mois en cellule de confinement de la taille d’un cercueil. Les détenus sont souvent jugés par des tribunaux temporaires qui ne sont pas soumis à la loi, ce qui rend impossible la tenue d’un procès juste. De nombreux détenus sont condamnés à la prison à vie, ou même condamnés à mort. Nous redoutons que des milliers de détenus aient été exécutés de manière délibérée par une politique d’ « extermination », selon les mots d’Amnesty International.
  6. Les détenus ne souffrent pas seuls, leurs familles souffrent aussi. Dans la majorité des cas, les autorités syriennes refusent de communiquer quelque information que ce soit sur le destin des détenus. Les familles de ceux qui sont morts en détention se voient refuser le fait de savoir si leur proche est mort ou non, se voient refuser des informations sur la cause de la mort ou sur le lieu de l’enterrement. Les familles sont souvent interdites d’annoncer la mort de leurs proches ou même d’organiser un enterrement.

Passez à l’action

Soutenez les familles pour la liberté

Signer